Accueil | In English | Actualité | Curriculum vitae | Catalogue | Quelques oeuvres : Métapastiches - Concerto Grosso - Figurines - Mare Nostrum - Burlesques - Trio - Les Exilés - TontonClaudio | Passions : Abbado - Chostakovitch - Mahler | Liens | Blog |

LE CHANT DE DAHUT

Extrait n° 1 (mp3 - 02:08 - 1,54 Mo)
Extrait n° 2 (mp3 - 01:58 - 1,42 Mo)
Extraits tirés de l'enregistrement d'un concert public donné en mai 1995 à Vanves (Hauts-de-Seine) par Manuel Hernández (ondes Martenot) et l'Orchestre "De Musica" dirigé par Martin Barral.

Cette oeuvre a fait l'objet d'un enregistrement discographique paru en 2002, distribué par CD Diffusion (B.P. 4 28, route d’Eguisheim 68920 WETTOLSHEIM) au prix public de 15 €.
L'interprétation est celle de Manuel Hernández, ondes Martenot et l'Orchestre Symphonique du Campus d'Orsay dirigé par Jean-Yves Malmasson.
Elle est couplée avec un conte musical de Piotr Moss et Jean-Louis Bauer, "Le Petit Singe Bleu", dirigé par Martin Barral.
Il est possible de l'acheter en ligne sur CD Diffusion et Alapage.com.
Pour des achats groupés, contactez l'Orchestre Symphonique du Campus
d'Orsay.

Le Chant de Dahut est un poème symphonique pour Ondes Martenot et orchestre. Primé et créé en 1986 au festival de Rennes par Manuel Hernández (Ondes Martenot) et l'Orchestre de Rennes (futur orchestre de Bretagne) dirigé par Jean-Yves Ossonce, il a depuis lors été rejoué plusieurs fois par divers solistes, chefs et orchestres, obtenant toujours le même succès. Le chant de Dahut est l'évocation en musique d'une des plus célèbres légendes bretonnes, la légende d'Ys la cité engloutie.
Par la faute de Dahut, la fille du roi d'Ys, la grande et fière cité fut engloutie par l'océan. Après le drame, Dahut fut changée en sirène, condamnée à errer et à chanter éternellement son remords. Selon la légende, les marins disent que par gros temps, lorsque la tempête menace, ils entendent les cloches de la cathédrales d'Ys sonner au fond de la mer. Ils disent aussi entendre parfois au large la voix de Dahut la sirène qui monte vers le ciel en de longues et étranges plaintes.
Le poème symphonique évoque grâce à la puissance expressive du grand orchestre symphonique et à la voix magique des Ondes Martenot cette atmosphère marine, cette atmosphère fantastique si particulière aux légendes bretonnes.
En voici l'argument :

La mer.

L'horizon.

Sous la mer, Ys, la ville engloutie;

On entend de lointains échos de bombarde,

Un souvenir de danse ou de chanson,

Comme un souvenir des fêtes anciennes.

Les cloches de la cathédrale sonnent au fond de l'eau,

Comme souvent avant la tempête.

Et une voix étrange, mystérieuse, impalpable,

S'élève vers le ciel; c'est celle de Dahut,

La fille du Roi d'Ys devenue sirène, qui chante

Sa peine, son remords et sa nostalgie.

 

Partition disponible aux éditions MUSIK-FABRIK,
18 rue Marthe Aureau,
77400 LAGNY-SUR-MARNE (FRANCE).
Tél. : +33(0)1 64 30 13 84

Acheter en ligne : Musik Fabrik

Sheetmusicplus

Di-Arezzo

Illustration : "le Chant de Dahut" : aquarelle originale de Denis Malmasson (cliquez dessus pour la voir en plus grand)

> top


Accueil | In English | Actualité | Curriculum vitae | Catalogue | Quelques oeuvres : Métapastiches - Concerto Grosso - Figurines - Mare Nostrum - Burlesques - Trio - Les Exilés - TontonClaudio | Passions : Abbado - Chostakovitch - Mahler | Liens | Blog |